mercredi 23 octobre 2013

IACM-Bulletin du 22 Octobre 2013

IACM: L’assemblée générale a élu la nouvelle Présidente, Daniela Parolaro

Le 27 septembre, l’assemblée générale de l’IACM a élu la Présidente Daniela Parolaro, professeure à l’Université d’Insubria, Italie. Mark Ware, Canada, a été élu Vice-président, et Franjo Grotenhermen, Allemagne, réélu Directeur Exécutif. Après avoir participé pendant plusieurs années à l’activité de l’association au sein du Comité d’administration, les membres suivants ont été remplacés : Manuel Guzman (Espagne), Ethan Russo (Etats-Unis), et Rudolf Brenneisen (Suisse). Les nouveaux membres élus sont Donald Abrams (Etats-Unis), Jahan Marcu (Etats-Unis), et Ilya Reznik (Israël). Les membres suivants: Arno Hazekamp (Pays-Bas), Roger Pertwee (Royaume-Uni), Willy Notcutt (Royaume-Uni), et Kirsten Müller-Vahl (Allemagne) ont été réélus. Les représentants des patients Michael Krawitz (Etats-Unis), Alison Myrden (Canada), et Sarah Martin (Royaume-Uni) ont aussi été réélus.
L’assemblée générale a décidé de fixer le montant de la cotisation à 60€ pour les employés et à 30€ pour les demandeurs d’emploi. En 2011, les membres pouvaient choisir le montant de leur cotisation. Avant 2011, les membres ayant un emploi payaient 60€ ou 60$ et les demandeurs d’emploi 30€ ou 30$. Chaque membre est invité à faire un don en fonction de ses possibilités. La cotisation de l’entreprise américaine Dr. Bronner's Magic Soaps, qui donnera 5000$ pour l’année, a été très bien accueillie.
La direction s’est interrogée sur le moyen d’attirer de nouveaux membres, notamment en élaborant des listes de diffusion pour les scientifiques et les patients en vue d’échanges d’informations et de discussions de haut niveau sur les problèmes liés à l’usage thérapeutique du cannabis et des cannabinoïdes.

IACM: Congrès sur les cannabinoïdes en médecine de Cologne en 2013

Environ 130 scientifiques, médecins, étudiants, et autres, originaires principalement d’Europe, ont participé au Congrès sur les cannabinoïdes qui s’est tenu à Cologne le 27 et 28 septembre. D’excellentes discussions et interventions, une nourriture soignée et une atmosphère très cordiale ont ponctué cet évènement. Les discussions ont été enregistrées et seront disponibles sur le site web de l’IACM d’ici quelques semaines pour les membres.
L’IACM a honoré quatre personnes dont les résultats relatifs à la réintroduction du cannabis et des cannabinoïdes méritent d’être mentionnés. Le comité décisionnel composé des nominés de l’année précédente a décidé que le prix de la recherche clinique irait à Philip Robson, le prix Ester Fride à
Vincenzo Di Marzo, et le prix IACM des jeunes chercheurs à Tibor Harkany. Le prix spécial de l’IACM a été décerné à Roger Pertwee. Les prix décernés sont accompagnésd’une somme de 500€.
Les compagnies Bedrocan, Bionorica Ethics, Almirall Hermal, Fundacion Canna, THC Pharm, Phytoplant Research, Paradise Seeds et Terra Energetika sponsorisaient cet évènement, et elles ont fortement contribué à la réussite de celui-ci.
Des extraits des conférences sont disponibles à : Conference Website

Canada: nouveau programme pour l’usage thérapeutique du cannabis

Le 1er octobre, le Canada a débuté un nouveau programme contrôlé de cannabis thérapeutique. La somme d’un milliard de dollars canadiens est espérée. Même si la distribution est privatisée, les personnes critiques ont peur que cette législation, issue par le gouvernement conservateur, rende l’accès au cannabis plus difficile aux patients.
Au Canada, le cannabis thérapeutique est légal depuis plus de 10 ans, mais est fortement régulé. Les patients munis d’une approbation médicale peuvent cultiver, ou faire cultiver par d’autres, ou acheter du cannabis auprès du ministère de la santé. Cette année, le gouvernement conservateur a voté l’abandon de ce système au profit d’un système privé très régulé. Le ministère, d’ici la fin du mois de mars, supprimera progressivement ce système, qui permettait la vente aux usagers de cannabis issu de Prairie Plant Systems. Ce système sera remplacé par un autre, mis en place le 1er octobre, dans lequel les patients pourront envoyer leur demande directement aux producteurs accompagnée de la déclaration médicale.
Time Magazine du 2 octobre 2013

Science/Homme: le THC efficace pour traiter les nausées et les vomissements chez des personnes atteintes de cancers en phase terminale

Le THC pourrait se révéler très efficace pour traiter les nausées et les vomissements des personnes atteintes de cancers en phase terminale, qu’aucun autre traitement ne soulage, ont indiqué les chercheurs de l’Université de South Florida College of Medicine, Tampa, Etats-Unis, à partir d’un rapport de cas. Les nausées et les vomissements sont fréquents, et bouleversants en cas de cancers avancés. 7% des patients présentent des symptômes réfractaires au traitement.
Le THC est étudié dans le cadre des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie. Peu de cas de son usage en traitement des nausées et vomissements non liés à la chimiothérapie ont été répertoriés. Les chercheurs ont rapporté le cas d’une patiente atteinte d’un cancer de l’ovaire en phase terminale, présentant des carcinomatoses péritonéales et des nausées et vomissements réfractaires, et qui a très bien répondu au traitement au dronabinol (THC).
Hernandez SL, Sheyner I, Stover KT, Stewart JT. Dronabinol Treatment of Refractory Nausea and Vomiting Related to Peritoneal Carcinomatosis. Am J Hosp Palliat Care. 19 septembre 2013. [in press]

En bref

Science/Animal: L’ingestion d’acide linoléique accroit les niveaux d’endocannabinoïdes
Des études menées sur des souris ont montré que l’ingestion d’acide linoléique, un acide oméga 6, accroit les niveaux de l’endocannabinoïde 2-AG et de l’anandamide, ainsi que le poids. Les chercheurs ont conclu qu’un régime riche en acide linoléique pourrait faire augmenter le poids.
National Institute of Nutrition and Seafood Research, Bergen, Norway.
Alvheim AR, et al. Lipids. 1 octobre 2013. [in press]

Science/Cellules: certains produits médicinaux peuvent influencer l’excrétion de THC-COOH
A partir d’expériences sur les cellules, les chercheurs ont conclu que « la prise de produits affectant le recyclage entérohépatique du THC-COOH et de ses glucoronides pourrait nuire à l’interprétation des concentrations de cannabinoïdes utilisées pour détecter ou déterminer la fréquence de la prise de cannabis, ou indiquer la dernière fois que le produit a été consommé.
Institute of Legal and Traffic Medicine, University Hospital, Heidelberg, Germany.
Skopp G, et al. Anal Bioanal Chem. 29 septembre 2013. [in press]

Science/Animal: un composé du curry influence l’activité des récepteurs CB1 du foie
L’antagonisme des récepteurs hépatiques CB1 pourrait représenter une stratégie thérapeutique nouvelle pour le traitement de la fibrose du foie. Les dernières recherches ont montré que le curcuma, un composé du curry, réduit l’activité du récepteur CB1 et augmente celle du CB2. Les antagonistes du récepteur CB1 miment et renforcent les effets du curcuma. Les scientifiques ont conclu que « leurs études actuelles ont révélé que la réduction de la fibrose du foie était associée à la modulation du système CBR et que l’antagonisme du CBR1 a contribué aux effets du curcuma.
College of Pharmacy, Nanjing University of Chinese Medicine, China.
Zhang Z, et al. EUR J Pharmacol. 2013 Sep 26. [in press]

Science/Cellules: le CBD pourrait affecter négativement le placenta pendant la grossesse
Selon des expériences sur les cellules, le CBD (cannabidiol) pourrait influencer la fonction de certaines protéines qui interviennent dans le fonctionnement du placenta. Les auteurs ont conclu que l’usage du CBD pendant la grossesse « pourrait réduire les fonctions protectrices du placenta et changer ses caractéristiques morphologiques et physiologiques. »
Department of Clinical Biochemistry and Pharmacology, Ben-Gurion University of the Negev, Israel.
Feinshtein V, et al. PeerJ. 12 septembre 2013 ;1:e153 [in press]

Science/Animal: la béta-caryophyllène réduit la douleur en influençant les systèmes opioïdes et endocannbinoïdes
La trans-caryophyllene (beta-caryophyllene) est une huile essentielle que l’on trouve dans de nombreuses plantes, tels le poivre, le romarin, l’origan et le cannabis. La recherche a montré « que la trans-caryophyllène réduit les douleurs aiguës et chroniques chez les rats. Les systèmes endocannabinoïde et opioïde pourraient transmettre cet effet. »
Departamento de Psicobiologia, Universidade Federal de São Paulo, Brazil.
Paula-Freire LI, et al. Phytomedicine. 19 septembre. [in press]

Science: les cannabinoïdes et d’autres drogues médicinales influencent l’activité des enzymes due aux effets sur le DNA
Dans une revue, des chercheurs ont écrit : « la preuve s’accroit : les drogues courantes telles que les opïodes, les cannabinoïdes, l’acide valproic ou les cytostatiques, pourraient induire des altérations des profils de la méthylation de l’ADN ou des conformations histone.» Ces effets pourraient influencer l’activité de certaines parties de l’ADN et à partir de là, la production des protéines dans les cellules.
Institute of Clinical Pharmacology, Goethe University, Frankfurt am Main, Germany.
Lötsch J, et al. Trends Mol Med. 2013 Sep 17. [in press]

Science/Animal: l’endocannabinoïde 2-AG est impliqué dans la mémoire des patients schizophrènes.
La régulation de l’information entre les cellules par l’endocannabinoïde 2-AG est détériorée par l’élévation prolongée de la neuréguline-1. Cette élévation est observée chez de nombreux patients atteints de schizophrénie. Une étude récente apporte « un nouvel éclairage des thérapies potentielles de la schizophrénie qui visent le système endocannabinoïde. »
Medical College of Georgia, Augusta, USA.
Du H, et al. J Neurosci 2013;33(38):15022-31.

Science/Homme: Le THC pourrait être encore présent dans l’haleine des consommateurs de cannabis 2 heures après avoir fumé
Dans une étude menée sur 24 fumeurs de cannabis, le THC était détectable dans l’haleine après avoir fumé une cigarette de cannabis. Parmi les fumeurs réguliers de cannabis, tous les échantillons de souffle d’air se sont révélés positifs au THC à 0,89 h, 76.9% à 1.38 h, et 53.8% à 2.38 h. Seulement un échantillon était encore positif après 4,2 h. Parmi les fumeurs occasionnels, 90.9% des échantillons étaient positifs au THC à 0,95 heure et 63.6% à 1.49 heure. Les scientifiques ont écrit que le souffle d’air pourrait se révéler un modèle alternatif de test de détection de conduite sous influence du cannabis, mais que la limite de la détection quand la personne se trouve fenêtre ouverte est courte : de 0,5 à 2 heures.
National Institute on Drug Abuse, Baltimore, USA.
Himes SK, et al. Clin Chem. 17 septembre 2013 Sep 17. [in press]

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an
Il y a deux ans

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Bonjour a tous